© 2011 brr. All rights reserved.

L’humanité nouvelle


+ Agrandir l'image

Une main froide ouvre la porte sur une nouvelle humanité.

Une humanité radieuse et lisse. Inexorablement.

C’est une vieille photo — 10 ans ? —, d’un autre temps, au temps de l’argentique et du temps à perdre en promenades parisiennes…

Cette photo est extraite d’une série de 30 clichés intitulée pompeusement Le traité des Mannequins en hommage au livre de  Bruno Schulz Les boutiques de cannelle.

Le Démiurge était amoureux de matériaux solides, compliqués et raffinés: nous donnons, nous, la préférence à la camelote. Nous sommes attirés et positivement séduits par la camelote, par tout ce qui est vulgaire et quelconque.

— Bruno Schulz

Si je trouve le courage d’ouvrir mes archives — un bien grand mot pour définir quelques kilos de négatifs, de diapos et de tirages déposés en vrac dans des cartons — peut-être trouverais-je aussi celui de publier cette série. Qui sait ? 2011 sera peut-être favorable aux grandes manœuvres…



Un trackback

  • Par Le traité des Mannequins 1/5 le 19 Juin ’11 à 23 h 25 min

    […] évoqué dans un précédent post, cette série s’intitule Le traité des Mannequins, en référence au recueil de nouvelles […]

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié ni communiqué.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>